mardi 23 octobre 2012

Glissements

23 octobre 2012

C'est sous une pluie battante que nous sommes retournés sur le terrain avec Fabienne Georgeault pour bien choisir l’implantation de la future maison.
Heureusement, la pluie s'est transformée en crachin, et nous avons pu arpenter le terrain en long et en large en essayant de repérer quelle vue nous aurions de telle ou telle pièce de la maison : tiens de notre chambre, cet affreux thuya nous bouche la vue sur la campagne alentour ; Finalement le coin salon n'est pas si exposé au voisinage (si l'on est malins avec la végétation) ; De mon bureau je découvre un point de fuite que je ne soupçonnais pas jusque là.
Après différents essais d'implantation à un mètre près et d'orientation, nous avons trouvé l'emplacement idéal de la maison.
Nous ne nous sommes pas tellement plus attardés sur le terrain vu notre état d'humidité, et sommes allés rejoindre Mickaël Tanguy au chaud pour parler plus précisément du plan qu'ils ont amélioré depuis la dernière réunion.

Création Mickaël Tanguy

Des mètres carrés ont donc glissé d'une pièce à l'autre dans l'espace de nuit et bureau. Notre chambre a été réduite à 9m², ce qui nous suffit bien, la salle de bain a également rétréci jusqu'à 6m² et du coup, mon bureau s'est élargi à plus de 9m² ! Victoire ! Tout rentre et nous ne sommes pas totalement serrés.

Nous avons également commencé à évoquer les possibilités de bardage de la maison. L'idée d'une "enveloppe" noire autour de la maison a été avancée. Mickaël nous a montré un croquis où les deux longueurs de mur de "la grange" seraient recouvertes de noir (bois lasuré ou ardoise), laissant les pignons  et les deux annexes d'un autre matériau.
Pour une fois, nous ne nous sommes pas immédiatement prononcés. Il fallait que nous débattions P. et moi de nos envies et de notre courage (surtout celui de P.) quant à ce que nous allions faire nous-mêmes. En effet, un bardage en bois étant plus onéreux, ce serait à nous de le poser. Non pas que ce soit difficile à priori, mais cela va demander du temps et de l'énergie. Donc, si le faire sur quelques parties de la maison est envisageable, barder tous les murs nous-mêmes nous inquiète un peu. Moi, je n'étais pas forcément très partisane des murs en ardoise, restant bloquée sur l'image de ces pavillons bretons 70s des plus tristes. Malgré tout, l'envie de murs noirs, denses, me plaisait vraiment. Après tout, les choses se jouent aussi dans les détails.
Si nous allions vraiment au bout de cette idée de bâtiment noir, en bardant toute "la grange", pignons compris ?
S'il n'y avait pas de débordement entre le toit et les murs pour rendre cette impression unie encore plus forte ?
Et seules les annexes seraient bardées de bois brut (voire de bois peint), pour animer le bâtiment, tout en mettant en valeur, par contraste, l'unité du bâtiment initial (la "grange", vous suivez ?).

Nous avons aussi évoqué rapidement les proposition d'ouvertures : quelles fenêtres dans quelles pièces, à quelles hauteurs, quelles formes ? Les propositions qui nous ont été faites nous ont convenu. Mais à ce stade, imaginer ne suffit plus. Nous avons envie de visualiser en volume ce que cela va donner : est-ce que la fenêtre horizontale à hauteur du lit dans notre chambre suffira à l'éclairer ? quelle impression donnera-t-elle à la pièce ?
Pas question de mettre une fenêtre de toit dans la salle de bain (ni ailleurs) : il ne peut y avoir d'ouverture qui me soit inaccessible dans ma propre maison.
Idem avec les portes qui mènent à l'extérieur (entrée, bureau, chambre d'U., cuisine, salon): je dois pouvoir sortir de la maison sans béquille, donc la marche doit être la plus réduite possible (quelques centimètres tout au plus) et le sol extérieur doit être plat et non incliné. Il faut donc jongler avec les impératifs de l'ossature bois qui imposent l'absence de contact entre le sol et l'ossature. Du béton ferait tampon à chacune de ses ouvertures ?

Il reste encore pas mal de questions, et le temps presse. Il faut que nous déposions le permis de construire au mois de novembre !

2 commentaires:

Françoise a dit…

Ah que ça a l'air bien de penser à tout ça! C'est très dynamisant non?

Jen a dit…

C'est même hyper enthousiasmant ! Je sens que ça va nous faire tout bizarre quand elle sera finie.